Ascension du Seigneur

Lorem ipsum dolor sit amet
Ascension du Seigneur

Aujourd’hui nous fêtons l’Ascension du Seigneur, la liturgie nous invite à méditer sur les textes suivants :

  • Lecture des Actes des Apôtres (1,1. 11)
  • Psaume 46, avec comme refrain : « Dieu s’élève parmi le ovations, le Seigneur, aux éclats du cor ! »
  • Lecture de la première lettre saint Paul aux Ephésiens  (4, 1-7. 11-13)
  • Évangile de saint Marc (16, 15-20)

Peuple de Dieu ! Chers Frères et Sœurs dans le Seigneur, notre mère l’Eglise, nous invite à célébrer ce jour la solennité de l’Ascension de Notre Seigneur, c’est-à-dire la montée au ciel de Jésus, où il va siéger à la droite de son Père. Si la première lecture des Actes des Apôtres décrit cet évènement après la promesse du Saint-Esprit fait aux disciple, l’évangile de Marc, il et aussi fait mention, après ce discours du Seigneur, qui est simplement un envoi en mission. C’est la préface de l’Ascension qui va donner la lumière pour mieux appréhender le sens théologique de cette fête : « Il s’et élevé au plus haut des cieux pour être le juge du monde et le Seigneurs des seigneurs, seul médiateur entre Dieu et les hommes ; il ne s’évade pas de notre condition humaine, mai, en entrant le premier dans le Royaume, il donne aux membres de son corps l’espérance de le rejoindre un jour ».

Dans la première lecture des Actes des Apôtres, c’est l’évangéliste Luc qui nous décrit, de façon éclairante, cette réalité de l’ascension. C’est au cours d’un repas que Jésus instruit ses disciples du don de l’Esprit Saint en ces termes : « vous allez recevoir une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous ; vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre ».

Promesse du don de l’Esprit et envoie en mission dans les extrémités de la terre, voilà le maître-mot du discours final de Jésus avant d’être enlevé au ciel sous le regard pantois de ses disciples. Jésus sera désormais absent physiquement : « Il est monté au ciel et il et assis à la droite du Père », scandons-nous dans le Credo. Cependant, il ne nous laisse pas orphelin. Il nous fait la promesse de son Esprit Saint qui va conduire les destinées de l’Eglise. L’Esprit Saint sera le protagoniste de la mission. Maintenant, c’est l’heure de l’Eglise et de la mission qui a sonné sous l’impulsion du Saint Esprit. C’est aux disciples qu’incombe cela. Nous dirons que c’est à nous de continuer l’œuvre du Maître. Dès le début l’Eglise, il y a une réalité éclairante : l’Eglise n’est pas statique. D’ailleurs, l’Ange interpelle les Galiléens qui restent désarmés par la montée de Jésus au ciel : « …pourquoi restez-vous là à regarder le ciel ? Ce Jésus qui a été enlevé au ciel d’auprès de vous, viendra de la même manière que vous l’avez vu s’en aller vers le ciel. ». L’Eglise du Christ est dans ses fondements une Eglise en sortie, comme le dira le Pape François : « une Eglise appelée à partir dans les périphéries ». 

L’Eglise est en mission. Aujourd’hui, c’est à nous de répondre à cet appel. C’est aux disciples de tous le temps, que nous sommes, d’aller en mission sous l’impulsion du Saint-Esprit, qui est le protagoniste de la mission, Notre allié sur. L’évangéliste Marc, justement, a mis un accent particulier sur l’envoi en mission. Pour dire que le temps de l’Eglise et de l’Esprit Saint, est fondamentalement celui de la mission. C’est donc aux baptisés « alter Christus » autres Christ, qu’incombe de continuer le travail de l’évangélisation de notre monde. Jésus en est le garant par sa présence et on soutien : « en mon nom, ils expulseront les démons ; ils parleront en langues nouvelles ; ils prendront des serpents dan leurs mans et, s’ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront le mains aux malade, et les malades s’en trouveront bien. ». 

Avec la célébration de la solennité de l’Ascension de Notre Seigneur, c’est l’annone d’une nouvelle ère, façonnée par le Saint Eprit, mi en route par les chrétien de tous les temp et les hommes et femmes Bonne Volonté épris du Christ. C’est cela notre nouvelle identité, notre nouvel ordre de mission. C’est ce que va stipuler justement le final de l’évangile de ce jour : « Quant à eux, ils s’en allèrent proclamer partout l’Evangile. Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l’accompagnaient ».

Puisque :

DIEU N’ABANDONNE PAS SON PEUPLE

Amen

Votre Frère, 

Abbé Chris Brunel GOMA