2ème Dimanche de carême

Lorem ipsum dolor sit amet
Homélie du 13 Mars 2022

Aujourd’hui nous sommes le deuxième dimanche du Carême, la liturgie nous invite à méditer sur les textes suivants :

  • Lecture du livre de la Genèse (15,5-12.17-18)
  • Psaume 26, avec comme refrain : « Le Seigneur est ma lumière et mon salut ! »
  • Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Philippiens (3, 17 à 4,1)
  • Évangile de saint Luc (9, 28b-36)

Peuple de Dieu ! Chers Frères et Sœurs dans le Seigneur ! Ce deuxième dimanche de Carême nous entraîne lentement et sûrement vers les festivités de Pâque. Les textes de l’Ecriture, notamment l’Evangile de la Transfiguration est comme cet avant-goût de ce mystère. Nous sommes comme conduits avec Pierre, Jacques et Jean à contempler la Gloire que Dieu réservera à son fils.

Peuple de Dieu ! si la prière fait partie des trépieds de ce temps particulier de grâce et de conversion , la particularité de l’Evangéliste Luc, dans ce récit de la Transfiguration est d’y avoir fait mention. C’est dans un instant de prière, de présence que Jésus est transfiguré. Il associe de façon très particulière, trois des disciples influents, à savoir Pierre, Jacques et Jean (qui ont été aussi témoins de son agonie). L’évocation de la Montagne haute est suggestive, puisque dans la bible la montagne symbolise le lieu de rencontre avec Dieu. La prière est cette rencontre avec Dieu. Jésus y va pour prier, ses disciple sont à son école. Avons-nous conscience que Jésus nous met à son école de la prière ? Il ne fait pas que nous enseigner à prier, mais bien plus, il nous fait vivre des instants de prière. C’est ainsi que les trois disciplines l’ont vu transfiguré : « … l’aspect de son visage devint autre, et son vêtement devint d’une blancheur éblouissante ». Oui, la prière transfigure la vie de l’orant. On ne peut pas entrer en présence de Dieu, le rencontrer et le côtoyer sans être transfiguré sans rayonner de la pureté même de Dieu. Notre vie est dans la brume et fade parce que nous n’avons pas encore fait cette rencontre transformante avec Dieu. Jésus est là pour nous la montrer, quelle qu’en soit la forme (action de grâce, pardon, adoration, louange). La prière et là, elle nous est donnée pour nous renouveler, nous purifier, nous requinquer, puisque ‘on n’en sort pas comme on y est rentré.

C’est dans la prière que ces disciples peuvent contempler cet avant-goût de la Gloire que Dieu réserve à son fils par sa passion-mort -Résurrection. La vision de Moïse, Elie et Jésus entrain de s’entretenir est dense de signification. Moïse représentait la « loi » et Elie « les prophètes ». Nous sommes devant l’Ancien Testament qui s’arrête et s’incline devant le Christ. Moïse (loi) et Elie  « les prophètes », désignant l’Ecriture, la foi juive dans son ensemble. La seule présence de ces deux êtres, aux côtés de Jésus, manifeste comme l’aboutissement de la longue route » d’Israël. Les temps sont achevés. Jésus est le Messie attendu. La loi et les prophètes authentifient Jésus, s’inclinent devant pour s’effacer et céder la place : « Ils parlaient de son départ qui allait s’accomplir à Jérusalem. ». Ils parlaient de cette mort dans un environnement de Gloire. Parce que cette mort serait glorieuse et déboucherait à la Résurrection. La Bible, l’Ancien et le Nouveau Testament ensemble, travaillaient à l’accomplissement du mystère pascal. C’est dans la prière que Jésus nous donne un avant-goût de la Gloire céleste, de son mystère pascal.

C’est ce qui explique que les disciples en soient tétanisés et plongés dans une contemplation merveilleuse, dans un bonheur inouï. Pierre dit « Maître, il est bon que nous soyons ici ! Faisons trois tentes : une pour toi, une pour Moïse et une pour Elie ».  Avons-nous déjà fait l’expérience apaisante et fortifiante de la prière de façon de nous donner envie de s’y installer. Oui, la prière est le lieu de réconciliation et de paix. Il est impérieux de demeurer dans la présence du Seigneur, ici incarné par la nuée, et la voix pour reconnaître que Jésus est le seul maître de prière à écouter, seul prophète àç écouter et le seul Dieu à aimer : « Celui-ci est mon Fils, celui que j’ai choisi, écoutez-le ».

Seigneur Jésus, toi qui viens nous sauver par ton mystère pascal,

Aide-nous à te choisir comme cette seule voix autorisée

pour nous aider à rencontrer Dieu dans la prière et le Service du Frère.

DIEU N’ABANDONNE PAS SON PEUPLE

Amen

Votre Frère, 

Abbé Chris Brunel GOMA